Acte de vandalisme dans le petit jardin

Un acte de vandalisme a eu lieu dans la semaine du 1er mai, dans le Petit jardin. La serrure du cabanon a été fracturée et l’une des vitres de la porte a été cassée. Aucun vol n’est à déplorer, mais la municipalité juge inadmissible cette volonté de détruire. Une plainte à la gendarmerie a été déposée.

Chaque année lorsque la belle saison revient, des dégradations ont lieu sur les espaces publics. On se souvient de la destruction des arbustes du lavoir quelques jours après leur plantation. Puis des jardinières de géraniums, également au lavoir,  qui ont fini dans la rivière. Cette fois les vandales s’en prennent à un lieu qui devrait être d’autant respecté qu’il est entretenu pour les enfants du village et même aménagé avec eux.

Faut-il rappeler qu’un acte de vandalisme qui consiste à détruire, dégrader, ou détériorer volontairement le bien d’autrui, est puni par la loi selon son degré de gravité.

Dans le cas présent, on peut parler de dommage léger, « nécessitant peu de réparation, avec des dégâts superficiels » selon la définition du site officiel de l’administration française www.service-public.fr).

Il n’empêche que la peine peut atteindre 3750 € d’amende et un travail d’intérêt général qui peut consister en la réparation des dégâts causés sur un équipement public.

Publicités

VANDALISME AU LAVOIR : APPEL À TEMOINS

Un nouvel acte de vandalisme a eu lieu au lavoir, probablement dans la nuit du vendredi 15 au samedi 16 avril 2016 . Les deux saules crevettes qui ont été plantés au printemps dernier ont été saccagés : les troncs ont été cassés presque à leur base, puis déposés dans la poubelle devant le lavoir.

lavoirarbres
La municipalité ne peut laisser un tel acte gratuit et dénué de tout fondement, sans réagir. Elle a déposé plainte auprès de la gendarmerie de Mirebeau. Et elle lance un appel à témoins pour retrouver les vandales. Toute personne pouvant donner une quelconque information qui puisse mettre les enquêteurs sur leur piste, sont invités à contacter le maire ou la gendarmerie.

Rappelons qu’un acte de vandalisme, « dit léger » est puni par la loi par une amende allant de 1500 à 3750 euros et un travail d’intérêt général, voire plus si les juges le décident.
Déjà l’an dernier, des jardinières décorant le lavoir avaient été jetées dans la rivière. Il est inadmissible que des individus s’en prennent aux biens communaux.

Des incivilités de ce genre pénalisent TOUS les habitants de la commune : car c’est avec leurs impôts que la commune finance les aménagements publics. La commune a beaucoup investi pour faire du lavoir un lieu agréable, accessible à tous, sans restriction. Elle ne peut accepter d’être l’otage de quelques lâches individus.

piedarbredeuxpiedarbreun Ce qui reste des arbres qui avaient été taillés il y a peu par l’employé communal pour qu’ils redémarrent leur végétation.