Étiquettes

« Grâce à de généreux donateurs, grâce à un village dynamique et à des ouvriers passionnés,
Grâce à cette restauration de 2017 qui permet ma transmission à des générations futures, je suis libérée de cet enduit ciment qui m’asphyxiait.
Ma nouvelle peau constituée de sable local et de chaux, laisse respirer mes murs, le tout coloré par des terres naturelles qui me redonnent l’éclat d’autrefois. »

Grossir l’image en cliquant dessus.

Cette signature peinte sur l’une des façades de l’église de Trochères, remercie les 43 donateurs qui ont participé à la collecte de financement participatif organisée pour compléter le budget des travaux de rénovation des façades, réalisés durant l’été 2017.
Trochères a été la première commune de Côte-d’or à avoir fait appel au financement participatif avec internet pour la restauration de son patrimoine. Elle a profité du décret du 14 décembre 2015 qui évite aux collectivités locales de passer par un intermédiaire (souvent une association) pour lever des fonds et de percevoir directement les recettes de la collecte.
La campagne réalisée sur la plateforme Ulule a permis de collecter en trois semaines en septembre 2016, la somme de 5.547 euros, soit plus que l’objectif de 5.000 euros fixé au départ. La somme totale collectée s’élève à 5.812 euros en provenance de 43 donateurs (trois personnes ayant fait un don après la clôture de la campagne).
La contribution des citoyens a permis de réduire la part de l’autofinancement et de dégager de la trésorerie pour d’autres projets. Les travaux ont coûté 45.600 euros, cofinancés grâce à des subventions à hauteur de 64% (29.300 euros), en provenance de l’Etat, du Conseil départemental de la Côte-d’Or (13.300 euros chacun) et de la réserve parlementaire du député Rémi Delatte (3.000 euros).
Ce ne fut pas la première fois que la communauté de ce village de Côte-d’Or, se mobilise pour embellir son église. Déjà en 1858, une souscription publique avait permis d’installer les deux cloches en bronze, l’une baptisée Anne-Jean pesant 226 kg, l’autre, Marguerite-Louis, 201 kg. Et lors de la dernière restauration, en 1979, qui a principalement porté sur l’intérieur de l’édifice, des habitants sont venus prêter main forte à l’entreprise de travaux. Ils avaient notamment restauré les bancs.

Inaugurés le samedi 28 avril à 15h, les travaux de rénovation des façades de l’église de Trochères ont été réalisés par l’entreprise de maçonnerie et de taille de pierre Guerra à Dijon, spécialisée dans la restauration du patrimoine ancien. Paul Guerra, compagnon du Devoir a proposé au conseil municipal un enduit à la chaux.
Le matériau choisi clôt définitivement les problèmes d’infiltration d’eau qui avaient provoqué des fissurations du revêtement en ciment et abîmé les murs en pierre calcaire qui ont été rejointées et parfois partiellement reconstituées. Désormais, le bâtiment respire ! Et il a pris de la couleur : un ocre rose teinté avec des pigments naturels.
La restauration a apporté quelques belles surprises sur l’architecture de cette petite église non inscrite aux Monuments historiques mais qui ne manque pas de charme. Un oeil de boeuf borgne, autrefois paré d’un vitrail, a été mis au jour sur le pignon arrière. Mis en valeur par la mise en relief de l’entourage en pierre, il est désormais orné du blason de la commune.

Merci à Valéry Choplain, de L’Echo des Communes ainsi qu’à Didier Hugue, résident de Trochères, pour les photos.

L’inauguration en images

Coupure du ruban par le maire Nathalie Gavoille, en présence de Laurent Thomas (au centre) conseiller général représentant François Sauvadet, président du conseil départemental de la Côte-d’Or, Rémi Delatte, député (à gauche) et Nicolas Urbano, vice-président de la communauté de communes du Mirebellois-Fontenois.

Partage du ruban avec l’assistance.

Les conseillers municipaux qui ont travaillé sur le projet de rénovation. De gauche à droite, Christiane Perruchot et Vincent Delorme ainsi que Nina Cartaud, la secrétaire de mairie.

La cérémonie officielle a été suivie d’un concert de guitares dans l’église donné par les musiciens de l’École des Arts du Mirebellois-Fontenois.

Puis, dans la cour de la salle communale, d’un concert des accordéonistes de l’École des Arts du Mirebellois-Fontenois.


Paul Guerra à gauche, l’entrepreneur de Dijon qui a réalisé les travaux.

Une partie du public pendant le concert des accordéonistes.

Préparation des rafraîchissements par les conseillers municipaux.

Une vue de l’arrière de l’église avec, dans l’oeil de boeuf, le blason de Trochères.

Publicités